was successfully added to your cart.

Êtes-vous à la bonne place?

êtes vous à la bonne place

êtes-vous à la bonne place
SENTEZ-VOUS QUE VOTRE TRAVAIL VOUS PERMET DE VOUS ACCOMPLIR?

Il y a une dizaine d’années, alors que je travaillais pour une grande entreprise, nous avons vécu un changement de garde au niveau de la haute direction. Alors que mon nouveau Vice-président se présentait, il nous a parlé d’une habitude qu’il avait prise au début de sa carrière et qui lui avait bien servi. Il appelait cette habitude « son plan ». En fait, son plan consistait à revoir « son plan » tous les trois mois. Donc régulièrement, il faisait un bilan de sa vie, puis revoyait sa stratégie et ses actions en fonction d’atteindre ses buts personnels et professionnels.
À Cette époque, revoir mes objectifs tous les trois mois m’apparaissait comme une aberration. Mon plan à moi se résumait à attendre que les occasions se présentent. Avec le recul, je réalise qu’en fait je jouais à l’autruche. Je préférais de loin ne pas trop me poser de questions sur ma carrière, car je n’avais pas encore le courage d’y répondre et encore moins de changer ma situation. J’avais un bon salaire, des collègues que j’aimais, des responsabilités à la hauteur de mes compétences et même de belles possibilités d’avancement. Le hic, et c’est ce qui me rendait incapable de planifier ma carrière, c’était qu’il me manquait l’essentiel : le sentiment d’être à la bonne place.

Travail et vie personnelle : des vases communiquant
J’ai passé bien des années à m’engourdir simplement parce qu’ouvrir cette petite boîte dans ma tête me faisait trop peur. Pendant des années, il m’a été impossible de me projeter dans l’avenir pour répondre à la question « Où aimerais-tu être dans 5 ans ? ». Un beau jour pourtant, il a fallu que j’explore ce vide car cela commençait à affecter ma vie personnelle. À force de refouler ma petite voix intérieure, c’est moi que j’effaçais de ma vie : mon énergie baissait, j’avais des sautes d’humeur, je m’isolais de plus en plus, je devenais de moins en moins créative et je ne vous parle pas des maux physiques qui commençaient à apparaître. J’étais définitivement sur une pente dangereuse.

Comment trouver sa place ?
Cette semaine, alors que je participais à un déjeuner d’affaires, Cora Tsouflidou des restaurants Chez Cora déjeuner, a dit la phrase suivante : « Dans la vie il ne manque pas d’abondance, ni d’opportunités. Ce qu’il manque ce sont des gens prêts les saisir. »

Votre travail n’a pas à être l’accomplissement de votre destin, mais vous devez du moins être convaincu qu’il sert à l’accomplissement de votre destin. Si vous arrivez à aligner vos choix professionnels avec votre vision, vos valeurs, vos principes, votre mission, votre conscience, alors seulement serez-vous en mesure de saisir les opportunités qui se présentent à vous et de ressentir le bonheur d’être au bon endroit au bon moment.

Si vous êtes désorienté comme moi à l’époque et que vous croyez qu’il est grand temps de vous rapprocher de votre mission personnelle, commencez par prendre l’habitude de faire des bilans réguliers de votre vie. Reconnaissez vos forces, mais surtout, analysez vos manques. C’est la combinaison des deux qui éclairera votre chemin. Prenez conscience de ce qui ne fonctionne pas et commencez à chercher les solutions. Faites-le par écrit, car trouver sa voie demande de l’engagement, du courage, de la confiance et de l’intégrité. Vous avez des commentaires? Écrivez-nous dans la section commentaires.

À CEUX QUI ONT LE PLANIFICATEUR "MON ATTITUDE", faites votre compte-rendu du mois de mai et prenez conscience de l’impact qu’a votre travail (ou votre attitude face à votre travail) sur l’ensemble de votre vie. Devriez-vous changer quelque chose? Comme le dit une de mes amies : ce que tu as fait jusqu’à maintenant t’a amené où tu es. Si tu veux changer de direction, change ta façon de faire et de penser !