was successfully added to your cart.

Le gazon est-il vraiment plus vert chez le voisin?

se comparer aux autres est un jeu dangereux

se comparer aux autres est un jeu dangereux
COMPARER EST UN JEU DANGEREUX

 

Avez-vous remarqué comment on se fait du mal lorsqu’on se compare aux autres ? Quand on regarde le gazon du voisin et il nous apparaît souvent plus vert que le nôtre, mais la réalité c’est que de loin, les imperfections sont juste moins apparentes. De toute façon, si le gazon du voisin était aussi parfait parce qu’il utilisait des pesticides interdits par la loi, seriez-vous prêt à faire comme lui? Ou encore, s’il vous racontait qu’il passe tous ses dimanches à chasser le pissenlit parce qu’il s’ennuie et qu’il veut oublier que sa femme l’a quitté récemment, seriez-vous prêt à échanger votre vie contre la sienne? Quand on se compare, il faut le faire de façon honnête, autrement vous serez toujours perdant. Il y a toujours deux côtés à une médaille.

Voici comment je me suis affranchie de l’envie

Il y quelques années, je passais beaucoup de temps à enviez les autres. J’enviais mes amis qui voyageaient alors que j’avais choisi la sécurité d’un emploi. J’enviais ma copine qui avait gravi les échelons alors que je connaissais très bien la pression qui pesait sur ses épaules. Imaginez, j’ai même envié ma voisine divorcée qui n’avait ses enfants qu’une semaine sur deux. Heureusement, un jour une personne très sage m’a suggéré de prendre un papier et de noter tous les pour et les contre de la vie des gens que j’enviais puis de me demander si je serais prête à échanger ma vie contre la leur. En un seul avant-midi, j’ai compris à quel point mon attitude était ridicule.

 

J’ai enfin pris conscience que ce besoin que j’avais de rêver à la vie des autres venait du fait que je ne m’étais pas encore engagée à vivre MA vie pour de vrai. Jusqu’à maintenant, je n’avais pas encore accepté la pleine responsabilité des choix que j’avais faits et donc pas encore la capacité d’apprécier pleinement ce que j’avais construit au fil des ans. En gros, j’attendais que le bonheur me frappe en pleine face alors qu’il était juste là, sous mon nez à attendre que je le remarque. Cette journée-là, j’ai compris que j’avais choisi la famille plutôt que les voyages et que j’avais choisi l’équilibre plutôt qu’une grande carrière.

 

Quand je suis rentrée à la maison, j’ai embrassé mes enfants et j’ai remercié le ciel de les avoir auprès de moi chaque jour. Depuis, il m’arrive encore de loucher vers le voisin, mais chaque fois que je me surprends en flagrant délit, je m’arrête et j’écris les raisons qui font que je n’ai pas choisi d’avoir ce que le voisin a dans sa cour. Quand je réalise qu’au fond je veux vraiment ce que mon voisin a, alors je prends les moyens pour l’obtenir.

 

« Le bonheur ne se trouve pas dans le fait d’obtenir ce que l’on veut, mais bien dans le fait de vouloir ce que l’on a. » Rabbi Hyman Schachtel

 

Et vous, enviez-vous quelqu’un dans votre entourage? Seriez-vous vraiment prêt à tout prendre de la vie de cette personne? Partagez votre expérience, cela pourrait en aider d’autres.

 

POUR CEUX QUI ONT LE PLANIFICATEUR "MON ATTITUDE",  prenez le temps de compléter votre compte rendu à la page 88. Cela vous permettra d’apprécier tout ce que vous avez fait pour vous-même ce mois-ci. En remplissant votre roue de la vie, réfléchissez à ce que vous pourriez faire en avril pour créer encore plus d’abondance dans votre vie.

Leave a Reply