was successfully added to your cart.

Pour en finir avec le perfectionnisme

pour en finir avec le perfectionnisme

 

pour en finir avec le perfectionnisme
CONSCIENCIEUX OU PERFECTIONNISTE ?

Être consciencieux est une très belle qualité et comporte beaucoup d’avantages. Qui ne rêve pas d’un peintre en bâtiment soucieux du travail bien fait, d’un comptable à qui rien n’échappe ou d’un chef cuisinier qui éblouit tant les papilles que les yeux? Ces gens ont un petit quelque chose qui fait la différence, n’est-ce pas ?

L’ennui, c’est que parfois le consciencieux verse dans l’excès. Il devient alors un perfectionniste. À vouloir trop bien faire, il en perd la notion du temps. Et comme il est rarement satisfait de son travail, il s’épuise à l’effort et finit par perdre confiance en ses capacités.

Êtes-vous consciencieux ou perfectionniste ?

La personne perfectionniste :

  1. S’impose des standards d’excellence extrêmement difficiles à atteindre, voire impossibles.
  2. Dose mal ses efforts, se surinvestissant parfois dans des activités de moindre importance au détriment de certaines plus prioritaires.
  3. Est souvent inflexible dans le choix de ses priorités et de ses façons de faire. Pour elle, les détails comptent autant que l’ensemble.
  4. A de la difficulté à travailler en équipe et à déléguer.
  5. Doute constamment d’elle-même et n’accepte pas ses limites et ses imperfections.
  6. Est convaincu que sa valeur en tant que personne dépend de ses succès et de sa réussite.
  7. Se juge sévèrement et accepte mal la critique.
  8. Perçois la moindre erreur comme une cuisante défaite.
  9. Est éternellement insatisfaite et ressent très souvent de l’anxiété, de la honte et de la culpabilité.
  10. Appréhende l’avenir et redoute l’échec.

Les perfectionnistes souffrent beaucoup des critères très élevés qu’ils s’imposent eux-mêmes. Et pourtant, quand on tente de leur dire qu’ils en font trop, ils ont tendance à répondre des choses comme : une dernière révision et j’ai fini ; juste une petite heure encore et tout sera parfait ; jamais on ne me convaincra de tourner les coins ronds ; c’est la seule façon de bien faire les choses…

Si vous êtes perfectionniste, voici quelques questions qui pourront vous aider à voir les choses de façon plus réaliste et à reprendre la maîtrise de votre temps :

  1. Croyez-vous vraiment que c’est en étant parfait que vous obtiendrez l’approbation ou l’affection des autres ?
  2. Lorsque tout ne se passe pas parfaitement, retenez-vous votre souffle en attendant d’être rejeté ? Combien de fois avez-vous été réellement rejeté ?
  3. Les autres remarquent-ils votre comportement parfait ? Combien de fois vos efforts ont-ils été récompensés ?
  4. Les autres ont-ils la même définition que vous de la perfection ? Vos critères sont-ils généralement plus élevés ?
  5. Les efforts que vous déployez en valent-ils vraiment la peine au bout du compte ?

Si le perfectionnisme tue votre créativité, vous empêche d’avancer et d’être vous-mêmes, il est grand temps pour vous d’apprendre à le dompter. Mais comme il n’est pas si facile pour un perfectionniste de reconnaître quand il verse dans l’excès, je vous suggère un livre qu’une amie m’a prêté et que je trouve très pertinent sur le sujet :

« Ces gens qui sont perfectionnistes ? Peuvent-ils être heureux ? »par Monica Ramirez Basco, aux éditions de l’homme.

À CEUX QUI ONT LE « PLANIFICATEUR « MON ATTITUDE », si vous croyez être un perfectionniste, réservez-vous donc une heure cette semaine pour lire un peu plus sur le sujet et commencez, dès maintenant, à vous libérer de ce fardeau inutile.

Join the discussion 2 Comments

  • Kathleen Wolkaiw dit :

    Wow je me retrouve dans tellement de points…
    Les questions que vous posez permettent vraiment de relativiser la chose.
    Je pense que le perfectionniste cherche en effet une perfection qui de toute façon n’est pas possible ou n’est attendue que par lui même ^^

Leave a Reply